IDRISS Mamaye - CESSMA - Centre d’études en sciences sociales sur les mondes africains, américains et asiatiques

IDRISS Mamaye


Contact : mamayeidriss@yahoo.fr


Sujet de Thèse

Le sexe de la départementalisation à Mayotte. Dynamiques de genre dans les luttes sociales et politiques dans l’archipel des Comores (1946-2011)

Directrices de thèse : Faranirina Rajaonah (Paris Diderot), Sophie Blanchy (CNRS, LESC)

Résumé de la thèse

La thèse s’attache à restituer l’engagement politique des femmes dans la lutte menée pour l’accession au statut de département français. Elle prend le contre-pied de l’assertion selon laquelle les femmes n’auraient été que l’instrument des leaders politiques masculins, et montre, au contraire, leur rôle d’acteur majeur du mouvement, interrogeant les formes de l’action politique genrée à Mayotte. Le mode d’action de ces femmes intègre un répertoire protéiforme empruntant les chemins de la protestation, de la violence physique et symbolique, le bannissement ou le contrôle des voix. Il constitue un exemple à travers lequel un savoir militant made in Mayotte s’est imposé, avec, en première ligne, le particularisme d’une surreprésentation féminine dans les mobilisations.
Si cette étude se concentre sur la période des années 1960-1970, l’analyse s’étend au début du XXe siècle afin de comprendre les motivations profondes de ces femmes, et aussi les mutations sociales intervenant durant la colonisation française qui leur donnent les moyens de s’autonomiser. Echappant au « regard » colonial, elles ont contribué à la transmission d’une narration propre qui va être au fondement de la construction de l’identité mahoraise. L’accession croissante de femmes à des postes politiques en ce début du XXIe siècle invite à rechercher les permanences et les ruptures de l’action politique ainsi que les héritages de ces militantes des premières heures.

Publications

Ouvrage
Le combat pour Mayotte française (1958-1976), Paris, Karthala, 2018, 312 p.

Articles
« Échec des mouvements unionistes et indépendantistes à Mayotte : de leur formation à leur négation (1958-2011) », Mouvements, 2017, 91, pp. 160-168.

« Le mouvement des chatouilleuses : genre et violence dans l’action politique à Mayotte (1966-1976) », Le Mouvement social, 2016, 255, pp. 57-70

« "Mayotte département", la fin d’un combat ? Discours et pratiques politiques à Mayotte. Le Mouvement populaire mahorais : entre opposition et francophilie (1958-1976) », Afrique contemporaine, 2014, 247, pp. 119-135.

Communications

2017, « A la recherche des femmes. Posture du chercheur, sources et réflexivité dans l’écriture de l’histoire de Mayotte au XXe siècle », Journées d’étude organisée dans le cadre du séminaire « Histoire sociale de l’Afrique orientale, de la mer Rouge et de l’océan Indien, XIXe-XXe siècles » dirigé par Henri Médard, Elena Vedazzini, Violaine Tisseau et Silvia Bruzzi, « L’archive : entre expérience et réflexivité », EHESS Marseille & Archives Nationales d’Outre-Mer, 16-17 octobre 2017.

2017, « À l’école de Madagascar : Indépendance et revendications départementalistes dans le sud-ouest de l’Océan indien (années 1950-1960) », Séminaire de Master et de Recherche Sociétés de l’océan Indien dirigé par Didier Nativel, Université Paris Diderot, CESSMA, 12 octobre 2017.

2017, « Femmes et constructions identitaires à Mayotte au XXe siècle », Colloque International organisé par les doctorants de l’école doctorale régionale « Prélude » de l’AUF, ENS Antananarivo, 28 au 30 septembre 2017. “Langues, cultures, patrimoines et identités dans la zone Océan Indien”

2015, « Actrices et acteurs de la Partition des Comores. Le mouvement des Chatouilleuses, entre intégration et exclusion (années 1960-1970). Communication dans le cadre des Journées de recherche IRIHS, Université de Rouen sous le thématique : Inégalités sociales et langagières : Quels éclairages dans les outre-mer ?

2012, « La chatouille comme arme politique. Réalité ou illusion ? Le mouvement des chatouilleuses et le combat pour Mayotte française (1958-1976) ». Communication dans le cadre du séminaire Femmes genre et mobilisations collectives en Afrique animé par Emmanuelle Bouilly, Marie Brossier, Ophélie Rillon. Université Panthéon-Sorbonne, Imaf.