GALLIEN Raphaël - CESSMA - Centre d’études en sciences sociales sur les mondes africains, américains et asiatiques

GALLIEN Raphaël


Doctorant contractuel (2019-2022)
Histoire et anthropologie de l’Afrique & de l’océan Indien occidental
Université de Paris
Contactez-le

Axe prioritaire : « S’approprier, contester, lutter : spatialité, domination, violence », sous-axe « Traces, transmission, trauma : spatialité du corps et de la mémoire »
Axe secondaire : « Savoirs : Acteurs, Pouvoirs, Territoires »

Sujet de Thèse

Vivre fou sur les Hautes-Terres (1905-2001).
Une histoire de la folie à Madagascar

Directeur de thèse : Didier Nativel (CESSMA – Paris Diderot)

Thèse

Intitulée Vivre fou sur les Hautes-Terres (1905-2001). Une histoire de la folie à Madagascar, ma thèse examine le quotidien de la folie à Madagascar au XXe siècle. Au croisement de l’histoire et de l’anthropologie, il s’agit d’interroger l’itinéraire des désignés « fous » à Madagascar durant la colonisation puis à travers les reconfigurations postcoloniales qui s’ensuivent, tout en prenant soin de déconstruire une périodisation qui ferait de l’indépendance un moment de rupture dans les modes d’existence de la folie. À partir d’un important travail en archives, mais également de plusieurs enquêtes de terrain, ma recherche interroge les dynamiques de la folie, ses articulations discursives et sociales, dans un contexte intense de recompositions politiques. Les nombreuses traces (architectures, archives, souvenirs...) laissées par l’établissement d’Anjanamasina, longtemps seule institution psychiatrique du pays et premier asile de l’empire colonial français, permettent de retracer des itinéraires individuels. Sans résumer la folie à la psychiatrie, mon travail consiste ainsi à comprendre comment se conjuguent les modes de résolution et les narrations sur la folie, alors que les malades se retrouvent régulièrement internés après avoir été confrontés à une myriade d’acteurs aux pratiques « traditionnelles » (ombiasy, mpiandry…) qui façonnent une économie mixte de soins. En menant une anthropologie historique, j’examine l’accueil réservé au fou en fonction du contexte, de la classe sociale, de la géographie des individus, du début du XXe siècle jusqu’au plus contemporain. En dépassant une histoire uniquement clinique ou administrative, et en laissant une large place aux acteurs dans toute leur pluralité et subjectivité, je cherche ainsi à appréhender qui, dans ce contexte, est désigné comme fou, les implications qui en résultent et la trame routinière qui s’en dégage.

Autres recherches

Mes deux années de master furent consacrées à l’histoire de l’hôpital psychiatrique d’Anjanamasina et se sont conclues par un travail de mémoire intitulé Le fou colonisé. Une histoire de l’institution psychiatrique en situation coloniale. Madagascar, 1900-1960 (381 p.), soutenu devant un jury composé de Faranirina Rajaonah (Paris VII/CESSMA), Marianna Scarfone (Strasbourg/SAGE) et Didier Nativel (directeur de la recherche, Paris VII/CESSMA). Ce travail se concentre avant tout sur l’installation de la psychiatrie à Madagascar et interroge l’effectivité des pratiques asilaires. Bien que participant à la mise en place de l’ordre colonial, on découvre un établissement plongé dans l’impuissance thérapeutique que révèle l’ordinaire de la souffrance qui accompagne l’internement. Apparait dès lors, face à la pénurie de moyens, un « bricolage » permanent dévoilant la multitude des subjectivités individuelles et complexifiant l’apparente dichotomie coloniale.

Publications

2020 « La chair de l’asile. Le quotidien de la folie, entre violences ordinaires et ambitions disciplinaires (Madagascar, 1941) », Politique Africaine, 2020/1 (n°157), p.71-89.

Communications

2020 : Conférence, Sciences Po Reims, à l’invitation des étudiants étrangers (responsable Anne-Laure Rigeade) : « Quelle(s) folie(s), pour quelle(s) histoire(s) ? Itinéraire de recherche pour une histoire de Madagascar à partir de ses fous ».

2019 : Colloque, Enquêtes médicales : savoirs, pratiques, enjeux (XVIIIe – XXIe siècles), Centre d’histoire de Sciences Po – Centre Alexandre Koyré, organisé par Léa DELMAIRE, Pierre NOBI & Paul-Arthur TORTOSA : « Désigner le fou, délimiter la norme – Madagascar, 1933 ».

2019 : Journée d’étude, (Dé)construire les « archives coloniales » : enjeux, pratiques et débats contemporains, Archives Nationales d’Outre-Mer (ANOM), Aix-en-Provence, organisé par le Groupe de recherche sur les ordres coloniaux (GROC) : « Le fou invisible ? (Re)penser l’ordre colonial à partir de ses marges : itinéraires pour une histoire de la folie à Madagascar (1900-1960) ».

2019 : Colloque international, Conflits, guerres et traumas : témoigner, soigner, reconstruire, Université de Picardie-Jules Verne/ CHSSC, Amiens, coordonné par Malika BENNABI BENSEKHAR : « Des chants de la révolte aux champs de la folie : à partir de 1947, une histoire psychique du soulèvement malgache au XXe siècle ».

2019 : Conférence, Université d’Antananarivo, faculté des Lettres et Sciences Humaines, Antananarivo, à l’invitation de Roland RAKOTOVAO, directeur du département d’histoire : « L’hôpital psychiatrique d’Anjanamasina, un laboratoire colonial ? (1912-1960) ».

2019 : Journée d’étude, Race et psychiatrie. Histoire des sociétés post-esclavagistes. Brésil, États-Unis, Madagascar, Algérie, 1900-1960, université Paris VII-Denis Diderot/CESSMA, Paris, organisée par Aurélia MICHEL : « Le fou colonisé ? Penser la race au détour de la folie à partir de l’exemple d’Anjanamasina (Madagascar, 1900-1960) ».

2018 : Séminaire, Histoire de l’Afrique et perspectives de genre, Université Paris VII-Denis Diderot/CESSMA, Paris, organisée par Odile GOERG : « D’une dégénérescence à l’Autre : la chair de l’asile. Violences et agressions sexuelles dans un établissement psychiatrique colonial (Madagascar, 1941) ».

2018  : Journée d’étude, Regard de l’autre, regard sur l’autre. Image de soi et construction de l’altérité dans les mondes extra-européens (XVIIIe – XXIe siècle), Université Paris VII-Denis Diderot/CESSMA, Paris, organisée avec Alexandre AUDARD : « Le fou comme preuve : Paul Rabe et la fabrication de cet Autre biologiquement inférieur – Madagascar, 1912 ».

Animation de la recherche scientifique

2019-2022 : Membre du programme ANR AMIAF  : « “Aliéné mental” et “indigène” . Histoire d’une double discrimination de statut en Afrique française (Fin XIXe siècle-1960) », coordonné par Silvia FALCONIERI (CNRS-IMAF), https://amiaf.hypotheses.org/equipe

2020 : Journée d’étude, S’engager. Être jeune chercheur en sciences sociales dans les Suds, troisième journée d’étude des doctorants du laboratoire CESSMA, Université de Paris (co-organisation).

2019  : Table ronde ECAS 2019, Madness beyond psychiatry : a comparative and interdisciplany study of mental disorder in Africa, Université d’Edinburgh, avec Romain TIQUET (post-doctorant, univ. de Genève).

2019 : Journée d’étude, Expérience(s) du monde, expérience(s) de soi. Identités, résistances, horizons (Afrique, Asie, Amérique, XIXe-XXIe siècles), Université Paris VII-Denis Diderot, Laboratoire CESSMA, avec Alexandre AUDARD (univ. Paris VII, CESSMA).

2018 : Journée d’étude, Regard de l’autre, regard sur l’autre. Image de soi et construction de l’altérité dans les mondes extra-européens (XVIIIe – XXIe siècles), Université Paris VII-Denis Diderot, Laboratoire CESSMA, avec Alexandre AUDARD (univ. Paris VII, CESSMA).

Enseignements

2019-2020 : Introduction à l’histoire de l’Amérique, de l’Afrique et de l’Asie, Licence 1, Université de Paris (TD, 48 heures)
Histoire de la mondialisation : XVIe-XXe siècles, Licence 2, Université de Paris, (TD, 24 heures)

2018-2019 : Histoire de l’Afrique contemporaine (XIXe-XXe siècles), Licence 3, Chicago University Center in Paris (30 heures)

Diffusion et valorisation de la recherche

2020 : Pour une histoire de la folie à Madagascar au XXe siècle, entretien pour Africa4, hébergé par le journal Libération.

2019 : Intervention auprès de l’association CoSoAnja dans le cadre de son assemblée générale annuelle, Lyon : « Naissance et premières expériences psychiatriques à Madagascar : Anjanamasina 1912 ».