Journée d’Étude des Doctorants du CESSMA - CESSMA - Centre d’études en sciences sociales sur les mondes africains, américains et asiatiques

Journée d’Étude des Doctorants du CESSMA


04 février 2020
Bâtiment Olympe de Gouges | Salle 870
8 Place Paul Ricoeur | Paris 13e

Si les études en sciences sociales sur les « Suds » furent longtemps perçues comme l’objet d’engagements tiers-mondistes ou aventureux, encore trop nombreux sont ceux à ne pas questionner la complexité des affects entourant le jeune chercheur au XXIe siècle, notamment issu de ces mêmes « Suds ». Du laboratoire au terrain, l’investissement au loin ou le conditionnement au près s’insèrent dans de multiples rapports de pouvoir et diverses émotions qui constituent souvent des non-dits de la recherche, rarement partagés alors que fréquemment rencontrés par tout chercheur. À distance d’un examen psychologisant et du risque d’enfermement autocentré qui lui est lié, cette journée souhaite permettre de réfléchir aux conventions multiples et souvent non formulées qui orientent une recherche, entre jalonnements inconscients et balisages officiels.

Programme

10h30 Accueil autour d’un café

10h50 Mot d’introduction de Didier Nativel, directeur du CESSMA

11h10 Introduction – Alexandre Audard, Raphaël Gallien

11H30 – 13HINVESTISSEMENTS ET MÉTHODOLOGIES DU TERRAIN SOUS TENSIONS

Discutante : Odile Goerg (Professeure émérite d’histoire contemporaine de l’Afrique – CESSMA)

Florent Piton, doctorant en histoire (CESSMA) : Engagement, désengagement : expériences de recherche sur l’histoire du Rwanda et du génocide des Tutsi.

Damiano de Facci, doctorant en sociologie (CESSMA), Associé à l’IRMC de Tunis : Retour sur mon expérience de recherche dans un pays postrévolutionnaire.

13h-14h30 – Pause déjeuner

14H30 – 16H ENTRE ENQUÊTE ET POLITIQUE, LE CHERCHEUR FACE À SES AFFECTS

Discutante : Marianne Morange (Professeure de géographie et de géopolitique de l’Afrique – INALCO)

Tania Herrera Romero, doctorante en géographie (CESSMA) : S’engager dans un mouvement social en tant que chercheur ? Une réflexion sur la division du travail.

Kassia Aleksic, doctorante en anthropologie politique (CESSMA) : Limites et perspectives d’une anthropologie politique engagée en Indonésie.

Manon Laurent, doctorante en études chinoises, sciences politiques et sociologie de l’éducation (CESSMA), Université de Paris & Concordia University : « La pression scolaire parmi les parents chinois de la classe moyenne urbaine » : une thèse en cotutelle entre Paris et Montréal à la croisée des cultures et structures universitaires.

16h – 16 h 30 - Pause-café

16H30 – 18H OBJET SCIENTIFIQUE, HISTOIRE(S) PERSONNELLE(S)

Discutante : Carole Bignon (Chercheuse associée au CESSMA)

Véronique Acking, doctorante en histoire (CESSMA) : Faire de l’histoire en terre créole : les implications d’une chercheuse du cru sur un terrain « inconnu » à l’île Maurice.

Yves-Marie Rault, doctorant en géographie du développement (CESSMA) : « C’est un peu Bourdieu à Delhi » : esquisse pour une auto-analyse de choix méthodologiques.

Rémi Desmoulière, doctorant en géographie (CESSMA) : Les transports « informels » : de la séduction à la reconstruction d’un objet exotique.

18h Conclusion – Véronique Acking, Alexandre Audard