L’atelier du CESSMA - CESSMA - Centre d’études en sciences sociales sur les mondes africains, américains et asiatiques

L’atelier du CESSMA


mardi 9 juin, 14h-16h

L’atelier du CESSMA reprend du service par visioconférence, en attendant de pouvoir nous retrouver en présentiel.

Rendez-vous mardi 9 juin, 14h-16h, dans la salle virtuelle https://meet.jit.si/AtelierCESSMA pour une séance consacrée à la présentation des travaux de Rodrigo Martins sur le thème « La construction sociale de l´économie politique des eaux au Brésil  ».

Boris Samuel interviendra comme discutant, avant d’ouvrir à un débat avec la salle.

Rodrigo Martins est professeur du Département de Sociologie de l’Université Fédérale de São Carlos (Brésil), en accueil au CESSMA, axe « De la question sociale à la question environnementale. Mutations du travail, genre et financiarisation », pour la période mai-juin 2020.

L’objectif de cette séance est de présenter une interprétation sociologique de l’expérience brésilienne de resignification de l’eau par le biais de la reconnaissance du caractère économique de la ressource. Cette resignification sera mise en perspective à partir de sa relation avec le répertoire conceptuel de l’économie environnementale néoclassique afférent à l’allocation efficace de ressources rares. À cette fin, nous nous intéresserons au cas des configurations d’agents ayant occupé des postes clés dans la reformulation des appareils de gouvernance de l’eau au Brésil. Les résultats de notre étude à ce sujet révèlent que la logique de préservation de l’hégémonie d’un discours ne repose pas seulement sur sa force argumentative, mais également, et fondamentalement, sur un cercle de « croyants », prédisposés à reconnaître dans ce discours une vérité supposée absolue, et ayant des intérêts à le manipuler. Dans le cas brésilien, la reproduction du discours sur la gestion rationnelle de l’eau est également liée à un ordre institutionnel international et multilatéral, qui a par exemple impliqué des coopérations de différents groupes de recherche et de gestion avec la Banque mondiale. Mais on la doit surtout à la reconnaissance des agents de ce discours (en leur qualité de gestionnaires, techniciens, ingénieurs et/ou économistes) et à leur capacité à transformer ce même discours en ressource de pouvoir et de distinction sociale au sein de la nouvelle gestion démocratique et participative de l’eau.

Contact : Rodrigo Constante Martins rmartins@ufscar.br et l’équipe de l’atelier : Damiano De Facci damiano.defacci@gmail.com, Isabelle Hillenkamp isabelle.Hillenkamp@ird.fr, Timothée Narring timothee.narring@gmail.com et Boris Samuel boris.samuel@ird.fr.




Navigation

Articles de la rubrique