PITON Florent - CESSMA - Centre d’études en sciences sociales sur les mondes africains, américains et asiatiques

PITON Florent


Histoire de l’Afrique

2019-2020 : ATER Université Paris Diderot
2018-2019 : Boursier Fondation pour la Mémoire de la Shoah, chargé de cours Sciences Po Paris
2017-2018 : ATER Sciences Po Paris
2013-2016 : Doctorant contractuel Université Paris Diderot

Contact  : florentpiton1@gmail.com

Sujet de Thèse

Des notables sur les collines. Pouvoirs, compétition politique et génocide au nord du Rwanda (1930-1994)

Directrice de thèse : Odile Goerg (Cessma)
Co-directeur de thèse : Joseph Gahama (East African University)

Résumé de la thèse

La « construction » des identités ethno-raciales et leur utilisation et manipulation politique dans le Rwanda colonial et indépendant est connue. A cet égard, il y eut bien une orientation générale qui privilégia d’abord des Tutsi sous l’Etat colonial puis les Hutu après l’indépendance. Dans mon travail, je souhaite insister sur l’articulation entre « l’ethnicité » et d’autres assignations identitaires, notamment régionales et claniques ou lignagères. De la sorte, il s’agit d’étudier, à partir d’une enquête localisée dans deux communes du nord-ouest, Nkuli et Mukingo, entre les années 1930 et le génocide des Tutsi, la chronologie et les modalités de la mobilisation politique de « l’ethnicité ». Un des apports de ma thèse sera de montrer que ce ne fut au fond que fort tardivement, dans une région pourtant réputée pour être virulemment anti-Tutsi, que la frontière ethno-raciale s’imposa comme la principale ligne de fracture. Au moins jusqu’à la fin des années 1950 et même après les premières violences révolutionnaires de 1959, les enjeux d’autochtonie ou d’appartenance lignagère paraissaient déterminants.
L’ethno-racialisation du politique semble ainsi un phénomène venu d’un haut, utilisé d’abord par les autorités coloniales pour garder le contrôle dans les années 1950, ensuite par les personnalités politiques rwandaises afin de conserver le pouvoir et asseoir leur légitimité par un discours majoritariste. En étudiant, avant comme après l’indépendance, la sociologie politique des élites rurales, celles qui pour partie tirèrent le plus profit de cette mobilisation politique de « l’ethnicité » car elle légitimait leur autorité, on s’aperçoit pourtant que l’appartenance à la notabilité sociale et politique était aussi affaire de critères de distinction multiples, ayant trait à la propriété, à la profession ou à l’éthos personnel et familial. D’ailleurs, sous la première comme sous la seconde république, il n’y eut pas de bloc monolithique hutu pas plus qu’il n’y avait de bloc monolithique tutsi avant l’indépendance : il y avait bien une compétition politique qui s’exerçait au sein de la notabilité rurale, derrière le « théâtre d’ombres de l’ethnicité » (Jean-François Bayart).
En réévaluant ainsi la place de « l’ethnicité » dans l’histoire contemporaine du Rwanda rural, il s’agit d’une part de nuancer une approche linéaire de l’histoire des massacres de 1994 et d’autre part de proposer une lecture sociale et politique du génocide des Tutsi, en complément d’une historiographie récente qui s’est surtout focalisé sur ses causes idéologiques et la manière dont celles-ci se sont traduites dans les pratiques de violence. A cet égard, la participation active des autorités et des élites locales aux tueries ne peut se comprendre qu’à l’articulation du temps long (celui de la lecture majoritariste de la société relayée par une notabilité hutu jalouse de ses prébendes) et du temps court (celui de la crainte d’une perte de pouvoir en lien avec le multipartisme et la guerre civile des années 1990). Bien sûr, pendant le génocide les élites rurales investissent leurs ressources dans l’organisation et la commission des massacres ainsi qu’elles le faisaient depuis longtemps dans les politiques publiques. Mais le génocide est aussi une ressource aux mains de ces mêmes élites rurales pour préserver ou accroître leur pouvoir. C’est là le dernier acte, tragique, de la mobilisation politique de « l’ethnicité ».

Enseignements (2019-2020)

- L1, 1er semestre : Introduction à l’histoire de l’Amérique, de l’Afrique et de l’Asie (CM + TD)
- L1, 1er semestre : Sources de l’histoire (TD)
- L1, 2ème semestre : Histoire de l’Afrique subsaharienne du 8ème au 18ème siècle (CM + TD)
- L2, 2ème semestre : Histoire de l’Afrique subsaharienne au 19ème siècle (CM + TD)

Publications

Ouvrage
- Le Génocide des Tutsi du Rwanda, Paris, La Découverte, coll. Grands Repères, 2018. Voir la recension parue dans Le Monde du 30 août 2018.
- Emmanuel Ntezimana, historien et militant des droits humains au Rwanda. Une anthologie, Toulouse, Presses universitaires du Midi (ouvrage en préparation)

Ouvrage collectif
- Cahiers Afrique, n° 30 : « Du héros à la communauté : le cheminement des identités en Afrique, XIXe – XXI siècles », Toulouse, Presses universitaires du Midi, 2019 (avec Elara Bertho, Jean-Luc Martineau et Céline Pauthier)

Articles dans des revues à comité de lecture
- « Le papier conjure-t-il la menace ? Cartes d’identité, incertitude documentaire et génocide au Rwanda », Sociétés politiques comparées, n° 48, mai-août 2019
- « Rwanda : pour une histoire des violences de masse dans la longue durée. Entretien avec Florent Piton », Etudes arméniennes contemporaines, n° 11, 2018, p. 105-122 (entretien réalisé avec Boris Adjemian)
- « Tueurs, ibitero et notabilités génocidaires au Rwanda (Kigali, avril 1994) », Vingtième siècle. Revue d’histoire, n° 138, avril-juin 2018, p. 127-142
- « Cultures obligatoires, monétarisation et mobilisations sociopolitiques dans le monde rural à la fin de la colonisation. L’arrachage des caféiers du Mulera au Rwanda en octobre 1958 », Cahiers d’études africaines, vol. LVI-4, n° 224, décembre 2016, p. 799-819

Articles dans des revues sans comité de lecture
- « Des criminels sur la toile. Le négationnisme du génocide des Tutsi sur internet », Dialogue. Revue d’information et de réflexion, Kigali, n° 205, mars-mai 2014, p. 3-21 (avec Jean-Damascène Gasanabo)

Comptes rendus de lectures
- « Annick Kayitesi-Jozan, Même Dieu ne veut pas s’en mêler, Paris, Seuil, 2017 », in Afrique contemporaine, n° 267-268, 2018, p. 289-291
- « Virginie Brinker, Catherine Coquio, Alexandre Dauge-Roth, Eric Hoppenot, Nathan Réra et François Robinet (dir.), Rwanda, 1994-2014. Histoire, mémoires et récits, Dijon, Les Presses du Réel, 2017 », in Vingtième siècle. Revue d’histoire, n° 140, octobre-décembre 2018, p. 199
- « Jean-Paul Kimonyo, Rwanda, demain ! Une longue marche vers la transformation, Paris, Karthala, 2017 », in Politique africaine, n° 149, 2018, p. 167-169
- « Sidi N’Diaye, Tutsis du Rwanda et Juifs de Pologne. Victimes de la même haine ? , Paris, Le Bord de l’eau, 2017 », in Vingtième siècle. Revue d’histoire, n° 139, juillet-septembre 2018, p. 219
- « Rudolf Herzog, Rire et résistance. Humour sous le IIIe Reich, Paris, Michalon, 2013 », in Encyclo. Revue de l’Ecole doctorale ED 382, n° 4, 2014, p. 171-176 (avec Pascal Montlahuc)

Autres publications
- « Génocide des Tutsi du Rwanda, un attentat et des écrans de fumée », AOC. Analyse, Opinion, Critique, 29 octobre 2018

Communications

Colloques et congrès
- « La politique génocide à l’échelle nationale » (Colloque Le génocide des Tutsi au Rwanda en 1994, Centre de la mémoire d’Oradour-sur-Glane, Limoges, le 24 mai 2019)
- « Le papier conjure-t-il la menace ? Carte d’identité, obsession statistique et angoisse de submersion au Rwanda (1957-1994) » (Colloque Identités de papier, papiers d’identité en Afrique contemporaine (19ème – 21ème siècle), Institut historique allemand, CREPOS, ANR PIAF, Université Cheikh Anta Diop, Dakar, le 23 juin 2018)
- « Du front ethnique au génocide des Tutsi au Rwanda » (Colloque Génocides, crimes de masse et violences extrêmes. Recherche, enseignement, engagements scientifiques, Mission d’étude en France sur la recherche et l’enseignement des génocides et crimes de masse, Paris, le 3 octobre 2017)
- « Juger de près, juger de loin. La justice face au génocide des Tutsi » (Congrès annuel de l’APGH, Amiens, le 20 octobre 2016)
- « Bilan des sources et définition de critères appropriés pour la création d’un fonds documentaire sur le génocide des Tutsi » (Colloque Les archives disponibles sur le génocide des Tutsi au Rwanda : cartographie et typologie, Mémorial de la Shoah, Paris, le 22 mai 2016)
- « Ethnies, clans et lignages dans les mobilisations locales au nord du Rwanda (commune de Nkuli, préfecture de Ruhengeri, 1931-1944) » (6ème Conférence Européenne des Etudes Africaines, Paris, le 10 juillet 2015)
- « Une révolte paysanne à la fin de la colonisation. L’arrachage des caféiers du Mulera (Rwanda, territoire de Ruhengeri) en octobre 1958 » (2ème Rencontre des jeunes chercheur.e.s en études africaines, Paris, le 3 octobre 2014)
- « Les voies d’accès au pouvoir local en situation de guerre et de génocide. Devenir bourgmestre à Nkuli et Mukingo (1993-1994) » (Colloque Les nouveaux enjeux de la recherche autour du génocide des Tutsi au Rwanda, Mémorial de la Shoah, Paris, le 21 septembre 2014)

Journées d’études
- « Engagement, désengagement : expériences de recherche sur l’histoire du Rwanda et du génocide des Tutsi » (Journée d’études des doctorant.e.s du Cessma, Paris, le 4 février 2020)
- « Ecrire l’histoire du génocide des Tutsi du Rwanda » (Journée d’études Après le génocide des Tutsi rwandais (1994-2019). Reconstructions, EHESS, Paris, le 2 avril 2019)
- « De l’histoire du racisme après l’indépendance jusqu’au génocide » (Journée d’études Le génocide commis contre les Tutsi du Rwanda : 25 ans après, connaître, juger, transmettre, Ibuka, Sénat belge, Bruxelles, le 28 mars 2019)
- « Perspectives de recherches sur l’histoire du génocide des Tutsi du Rwanda » (Journée d’études Le génocide des Tutsi au Rwanda, 25 ans plus tard : comprendre, juger, agir, Sciences Po et Ecole normale supérieure, Paris, le 27 mars 2019)
- « Quand commence le génocide des Tutsi ? Ecriture, réécriture et négation de l’histoire » (Journée d’études Les noeuds de l’histoire : obstacles ou points d’appui ?, Université Paris Diderot, le 14 mars 2019)
- « Enseigner le génocide des Tutsi du Rwanda à l’université » (Journée d’études Enseignement, recherchers et témoignages : partages d’expériences et savoirs des génocides, Mission d’étude en France sur la recherche et l’enseignement des génocides et des crimes de masse, Paris, le 5 décembre 2018)
- « Mémoire, justice et écriture de l’histoire du génocide des Tutsi. De l’usage des listes dans les rapports officiels et de la société civile au Rwanda dans l’immédiat après-coup (1994-1999) » (Journée d’études de l’AJCH Les Listes, Strasbourg, le 17 mai 2018)
- « Le génocide des Tutsi au Rwanda » (Journée d’études sur les génocides, Unesco et Commission nationale du Sénégal pour l’Unesco, Dakar, le 23 novembre 2016)
- « De quoi le bulletin de vote est-il le nom ? Les modalités pratiques de l’expression électorale au Rwanda 1956-1990 » (Journée d’études de l’ACPA Les matériels du vote : dispositifs et imaginaires de la citoyenneté, CERI, Paris, le 31 mai 2016)
- « Sciences sociales, pouvoirs, racisme et génocide. Acteurs, contextes et contenus de la discipline historique au Rwanda (1978-1994) » (Journée d’études Utiliser l’histoire. Regards croisés sur la discipline historique, Université Paris Diderot, le 21 septembre 2015)

Séminaires
- « Le génocide des Tutsi au Rwanda 25 ans après » (séminaire d’actualité du LAM, Musée d’Aquitaine, Bordeaux, le 4 avril 2019)
- « Ecrire une synthèse sur le génocide des Tutsi : retour d’expérience » (Séminaire Rwanda 1994 : imaginaires et pratiques du génocide des Tutsi, EHESS, Paris, le 28 novembre 2018)
- « Mesurer la réconciliation dans les enquêtes rwandaises après le génocide des Tutsi » (Séminaire Les Mercredis de l’Afrique, Centre d’analyse, de prévision et de stratégie, Ministère des Affaires étrangères, Paris, le 2 mai 2018)
- « La Première République du Rwanda (1962-1973) » (Séminaire Rwanda 1994 : imaginaires et pratiques du génocide des Tutsi, EHESS, Paris, le 21 mars 2018)
- « Corps et traces matérielles du génocide dans le Rwanda d’après » (Séminaire Histoire de l’Afrique et perspective de genre, Université Paris Diderot, le 11 décembre 2017)
- « Les massacres de 1963-1964. Une veillée d’armes du génocide des Tutsi ? » (Séminaire Rwanda 1994 : imaginaires et pratiques du génocide des Tutsi, EHESS, Paris, le 25 mars 2015)

Animation de la recherche

- Membre de l’ANR PIAF, « La vie sociale et politique des papiers d’identification en Afrique », Paris, 2016-2020
- Membre du comité d’organisation de la 3ème rencontre des Jeunes Chercheur.e.s en Etudes Africaines (JCEA), Université Paris Diderot, Paris, 14-16 janvier 2016
- Organisation de la journée d’études « Figures historiques et mémoire(s) collective(s). De l’usage des héros en contexte colonial et postcolonial », Université Paris Diderot, Paris, 25 septembre 2015 (avec Elara Bertho)
- Membre du comité de rédaction de la Revue d’histoire contemporaine de l’Afrique (revue en Open Access)
- Membre du comité éditorial et scientifique de la collection Cahiers Afriques (Presses universitaires du Midi)

Activités de diffusion et de valorisation de la recherche

- Conférences en France et à l’étranger (Sénégal, Italie, Portugal, Espagne, République Tchèque, Togo) dans le cadre des activités de formation du Mémorial de la Shoah : 40 conférences depuis 2015
- Interventions dans des établissements d’enseignement secondaire : 11 interventions depuis 2016
- Conférences, tables-rondes, interventions diverses : 15 conférences depuis 2015
- Emissions de radio et de télévision : Mediapart Live (Mediapart, le 13 juin 2019), Le journal de la mi-journée (Europe 1, le 7 avril 2019), Forum - La 1ère (Radio télévision suisse, le 6 avril 2019), La valeur de l’homme (Fréquence protestante, le 2 mars 2019), Affaires sensibles (France Inter, le 12 décembre 2018), Eclats d’histoire (Aligre FM, le 11 octobre 2018), L’Emission de littérature (Radio Campus Orléans, le 8 octobre 2018), Une semaine d’actualité (RFI, le 1er septembre 2018)
- Presse :
« Pour une histoire globale du génocide des Tutsi », entretien dans Nonfiction.fr, le 10 mai 2019
« Génocide au Rwanda : Le discours négationniste consiste à occulter la construction, pendant des décennies, d’un "ennemi tutsi" », entretien dans Jeune Afrique, le 15 mars 2019
« Le génocide des Tutsi du Rwanda », entretien sur Africa4, blog hébergé par Libération, le 30 août 2018.