LES CIRCULATIONS TRANSNATIONALES : Lire les turbulences migratoires contemporaines


Armand Colin, 2009.

Geneviève CORTÈS et Laurent FARET.






La multiplication des formes migratoires dans le cadre de la mondialisation se manifeste par une intensification des circulations et des échanges entre les lieux. Mobilité des individus, transferts de biens, de capitaux ou d’informations bousculent les repères que les sciences sociales avaient élaborés pour interpréter les enjeux migratoires du passé. Les nouveaux aspects de la mobilité produisent de multiples formes d’interaction sociale, économique et territoriale. Ces circulations migratoires annulent des frontières, en redessinent d’autres, dans une dynamique transnationale qui place les sociétés face à de nouveaux questionnements. Comment ces mobilités redéfinissentelles les rapports sociaux et les liens aux territoires dans des environnements où la sédentarité et les ancrages ont produit les formes institutionnelles et sociales dominantes ? Les auteurs, spécialisés sur l’évolution des formes migratoires dans différentes régions du monde, éclairent ce questionnement depuis la géographie, la sociologie et l’anthropologie.

Ont collaboré à cet ouvrage Geneviève Cortès (université de Montpellier), Laurent Faret (université Paris Diderot), Chadia Arab (CNRS), Virginie Baby-Collin (université de Provence), Brigitte Bertoncello (université de Provence), Julien Brachet (IRD), Michel Bruneau (CNRS), Dana Diminescu (Telecom ParisTech), Catherine Gauthier (université de Saint Etienne), Marie- Antoinette Hily (CNRS), Hélène Le Bail (IFRI), Emmanuel Ma Mung (CNRS), Véronique Manry (Centre Jacques-Berque), Mihaela Nedelcu (université de Neuchâtel), Laurence Roulleau-Berger (CNRS), Susana Sassone (CONICET), Fanny Schaeffer (université de Poitiers), Gildas Simon (université de Poitiers), Alain Tarrius (université de Toulouse), et Aurélie Varrel (université de Poitiers).




Documents joints

LES CIRCULATIONS TRANSNATIONALES
LES CIRCULATIONS TRANSNATIONALES